bandeau-mag

N° 214#1 - SEMAINE DU 3 AU 9 DECEMBRE 2020

HARAS
Il y aura finalement des spectacles à Noël !
Dont ce rendez-vous traditionnel, auquel répondre en famille, le spectacle équestre du Haras d'Hennebont, cette année avec la compagnie Jehol, et le spectacle "Davaï".
"Bienvenue dans notre grenier, celui dans lequel on a jamais eu le droit daller, un magnifique piège à rêves… Lieu réservé de notre grand-père, rempli dobjets qui évoquent une époque passée… Davaï ! disait souvent l’grand-père. Jehol offre un spectacle fantastique, poétique et drôle. La compagnie évolue dans de nombreux domaines, alliant les prouesses équestres à la danse, l’acrobatie au sol, la musique live, mais aussi le tissu aérien et autres techniques circassiennes."
En pratique, ça donne un chapiteau chauffé, une jauge de 340 spectateurs, masqués à partir de 6 ans, un siège laissé vacant entre deux spectateurs ou groupe de six spectateurs en famille.

L'achat des billets - ou de bons cadeau - peut se faire en ligne dès à présent, ou bien sur place, les jours de représentation à partir du 15 décembre, 30 min. avant le spectacle.

Du 19 décembre au 3 janvier, représentations à 14h30 et 17h, sauf le 24 décembre et le 31 janvier, un seul horaire, 14h30. Fermé le 25 décembre et le 1er janvier. (Durée 1h15).

Tarifs : -6 ans : 5€ / 6 à 14 ans : 10 /+ 15 ans : 16 /Forfait famille (4 pers.) : 44
windows-swap-bordeaux
S'échapper
On ouvre ce nouveau numéro sur un projet qui nous a fait un effet magique, dégotté sur le compte Facebook du réalisateur Pierre-Albert Vivet. Lancé début novembre, Window swap, c’est un site créé par un couple de Singapour, qui met en ligne de courtes vidéos diffusant des vues du monde entier. Les fenêtres d’inconnus s’ouvrent alors littéralement sur notre écran, nous transportant instantanément dans un ailleurs intime, la vue de la fenêtre de Michel, Marie, Djamel, Johnny, Victor, Igor, Mounia, Nastassia... ou la nôtre.
En regard
On a tout de suite pensé à ce joli projet participatif, déjà ancien, impulsé en 2012 par la plasticienne Ianna Andréadis, à Athènes, en version statique, rassemblant les photos de centaines de fenêtres ouvrant sur la ville, publiées sur un compte Facebook dédié, exposées par la Cité de l'Architecture et du Patrimoine et rassemblées dans un livre aujourd'hui. D’esprit plus arty et documentaire, Athina Thea raconte Athènes en creux, à travers ses habitants, mêlant l’intime et l’extérieur.
Livre-Athina-Thea-x400
CINELOVE
cesar-et-rosalie
Un livre, à la place d'un film. Un livre nostalgique, à n'ouvrir que si l'on est - comme nous - formaté au cinéma de Sautet : ces cafés parisiens, ces bruits de tasses s'entrechoquant, ces départs et ces retours, ces voitures prenant la route du Sud, ces regards suivant une silhouette dans la rue, ces regards, ahhhh, ces regards, n'est-ce pas ?

Le Paris de Claude Sautet, d'Hélène Rochette, chez Parigramme, 19,90 €

Une collaboration Lorient-Vannes

Capture d’écran 2020-12-02 à 16.39.00
Le monde de demain, idéalement, il consommerait de préférence des choses produites et fabriquées pas trop loin de nous, qui ne feraient pas trois fois le tour du monde pour qu'on s'aperçoive finalement que oui c’est pas cher, mais franchement c’est moche – ou c’est pas bon.

Bénédicte Lanfrey, qui écrivait de super chroniques sur les bouquins dans Sorties de secours version papier, a arrêté parce qu’écrire une chronique par mois, ça squatte la tête, quand on a déjà une charge mentale* conséquente et une entreprise à gérer. Une entreprise, oui. Bénédicte, aka Marie Ben, est créatrice d’objets cadeaux où les mots s’écrivent pour communiquer les émotions. L’entreprise s’appelle Les mots sont des cadeaux, elle est installée à Vannes, et vend ses produits en ligne.

Cette saison, Marie Ben s’est associée à une céramiste de Lorient, Cécilon, qui réalise des pièces pures et toutes simples, et qui a commencé à déposer délicatement des mots sur ses objets, puis réaliser carrément des séries en collaboration avec Marie Ben. On a repéré deux produits qui nous ont particulièrement parlé, le premier, un fortune cookie** en porcelaine, et le second, des pétales de fleurs, en porcelaine aussi, tatoués de mots jolis comme « Cueille le jour » ou « Rosée légère ».



Comme Marie Ben est une copine, et que les amis de mes amis sont mes amis, elle offre aux lecteurs de Sorties de secours une réduction de 15 % sur toute sa boutique pendant une semaine, du 3 au 9 décembre.

Il suffit de commander avec le code promo SORTIESDESECOURS

* La charge mentale, c’est quoi ? Nooon, pas un con-cept, mais une réalité, super bien décrite par l’illustratrice Emma.

** Les fortune cookies, c’est quoi ? Ces petits biscuits qui ressemblent à Pacman, servis dans les restaus asiatiques, dans lesquels on trouve un petit rouleau de papier avec une prédiction. La recette, très simple – attention, le tuto donne des envies de meurtre – est à regarder plus bas.

Et Pacman, c’est quoi ? Tapez juste Pacman dans la barre de recherche de Google vous verrez.

Le retour de Sébastien Barrier

web_CQVM1_Cr_Jerome_Teurtrie
Barrier is back. Enfin bientôt. L’homme de Lovemiquélic est en train de construire une nouvelle célébration, c’est lui qui le dit, il ne peut plus utiliser le mot spectacle, ça tombe bien, nous on l’a toujours vu comme un prêcheur, il ne lui manque plus qu’une église, il le reconnait lui-même, l’idéal serait de recevoir à domicile ceux qu’il répugne à appeler spectateurs, sans pour autant aller jusqu’à utiliser le mot ouailles. Ou alors phonétiquement et en anglais (T’as vu Sébastien ? C’est pas mal, ça, non ?). Oui, posons-lui la question : parce qu’écrire sur Sébastien Barrier est un défi. Etre à la hauteur de sa démesure, sa singularité, son flow, ses tournures, sa poésie. Le portrait a déjà été fait, et plutôt bien, par de nombreux médias. La bio, c’est pas marrant à écrire. L’interview est un monologue où l’intervieweur reste au fond du terrier à gratter frénétiquement son carnet et rater les deux tiers des mots. Le commentaire serait une redondance, pathétique tentative de se mettre au niveau – la preuve ici - car non, on ne se hisse jamais à la hauteur d’un bipolaire. Oui, Barrier a lâché le morceau, dit le mot, ses up très up et ses down très down portent un nom et il parait que les dépressifs vont s’en prendre plein la gueule dans Ceux qui vont mieux, où il parle aussi de son père, du curé de Morlaix, de Georges Perros et de Sleaford Mods. La routine, quoi.


  • France Culture lui consacre une interview à écouter, parce que finalement, c’est quand même le mieux à faire, hein ? Seb, c’est bien.
  • Georges Perros est un écrivain auquel nos potes de KuB ont consacré un dossier très riche, qu’on vous invite à lire, regarder et écouter.
  • Sleaford Mods est un groupe de post punk anglais.

Les podcasts de la semaine

Le féminisme décortiqué

Cette semaine, on a ouvert nos oreilles à une série de quatre entretiens avec Virginie Despentes, interviewée par la journaliste Victoire Tuaillon, dans Les couilles sur la table, une émission qui s'intéresse à la domination masculine et à ses conséquences sur les femmes aussi bien que les hommes.
Virginie Despentes y expose sa vision en partant de sa propre expérience, avec une grande liberté de parole. Une pensée qui cherche, propose et doute aussi. On vous recommande l'épisode numéro 3, qui parle de cinéma et du point de vue presqu'exclusivement masculin qui y est développé...
Les corsetières décorsetées

En regard de cette parole contemporaine, on vous propose d'écouter le premier de deux épisodes - juste le premier car le second est moins intéressant - sur les corsetières de Limoges, et comment les traitements terribles, auxquels ces femmes étaient soumises, ont donné naissance à un syndicalisme mixte. Un reportage aussi passionnant qu'édifiant.

838_pub_maxanciennes005976

Un nouvel épisode de Hey Louise

BD-Broceliande-HeyLouise1
BD-Broceliande-HeyLouise2
BD-Broceliande-HeyLouise3
BD-Broceliande-HeyLouise4
BD-Broceliande-HeyLouise5
BD-Broceliande-HeyLouise6
BD-Broceliande-HeyLouise7
BD-Broceliande-HeyLouise8
BD-Broceliande-HeyLouise9
Logo-HeyLouise-jaune