Infos organisateurs
Exposition

Cabinets de curiosités

Lieu essentiel de la culture renaissante et baroque, instrument de
savoir autant que de plaisir esthétique, au carrefour de l’art et de la
science, le cabinet de curiosités s’effaça devant le rationalisme des
Lumières, ne subsistant que dans les musées secrets de quelques
collectionneurs nostalgiques. Il ne suscita, au début du 20e siècle, que
l’intérêt des historiens, des amateurs de bizarre et des surréalistes
qui en apprécièrent l’étrangeté et les aspects poétiques. Il fallut
attendre le passage au siècle suivant pour voir le phénomène connaître
une résurgence paradoxale et prendre une ampleur nouvelle. Après s’être
vu consacrer, en France, à Poitiers en 2013, une exposition, « La
Licorne et Le Bézoard », qui se proposait d’en retracer l’histoire, le
cabinet de curiosités fait l’objet, dans le projet du FHEL, d’une
approche renouvelée. Prenant acte du fait que, devenu source
d’inspiration de nombreux artistes, thème d’expositions internationales
aussi bien que tendance du goût et du décor intérieur, le cabinet de
curiosités fait désormais partie de l’imaginaire contemporain, la
présente exposition se propose d’en suivre différentes expressions,
échos et interprétations. S’ouvrant sur une mise en perspective
historique, elle s’intéresse essentiellement aux regardeurs qui auront
réinventé, dans les dernières décennies, le concept de cabinet de
curiosités : qu’il s’agisse d’institutions comme le Muséum national
d’Histoire naturelle, le musée de la Chasse et de la Nature à Paris, le
musée d’anatomie de Montpellier ou le musée Le Secq des Tournelles à
Rouen, de personnalités singulières, comme le fondateur de la Maison
rouge, Antoine de Galbert ou d’artistes comme Miquel Barceló,
Jean-Jacques Lebel ou Théo Mercier. S’ébauche ainsi, sur près de 1000
mètres carrés, dans une scénographie étonnante, ce qui pourrait être un
cabinet de curiosités du moment présent.


Fonds Hélène et Edouard leclerc pour la culture

x