bandeau-mag

N° 220#1 - SEMAINE DU 27 MAI AU 2 JUIN 2021

Rouge

L'aventure des paniers culturels de la rade

On vous raconte un peu la première édition des Paniers culturels de la rade, parce qu’on y était, en tant qu’artistes-invitées, avec Catherine Pouplain, et notre livre, « Rouge ».

Pour mémoire, le panier culturel, c’est comme un panier d’AMAP, mais à la place des légumes, on y trouve des produits culturels locaux. Pour cette première édition, il y avait un tote bag signé Fabrice Thomas, un jeu de piste, « La demoiselle des remparts », conçu par Alexandre Le Leuxhe, des cartes illustrées de Mathias Rebuffé, « Masques Hystéria », notre livre « Rouge », un spectacle de la Famille Hop, une affiche de Stéphanie Vigneaud, et un mini-concert de Jean-Baptiste Henry au bandonéon. Les acquéreurs pouvaient récupérer leur panier dans des points relais, ou bien être présents lors de l’après-midi de remise, dimanche 23 mai, lors d’une déambulation par groupes de dix personnes, dans six lieux de Port-Louis.

Et donc c’était très chouette, de renouer avec la culture de cette manière, pendant toute une après-midi, en déambulation dans les rues de Port-Louis. Et pour nous, c’était un petit défi, et un exercice inédit, de rencontrer douze groupes de spectateurs à la suite, en quatre heures : douze présentations, douze lectures… 120 personnes, donc, une réussite pour les organisateurs, Gaël Coadic et Hyacinthe Mazé, avec toute leur équipe de gentils bénévoles.

Le prochain panier est disponible en prévente jusqu’au 13 juin au prix de 40 € + 2 € d’adhésion. La remise aura lieu le 14 juillet. (Attention, bien que la quantité de paniers ait été doublée, il n’en reste plus que 128). Le lieu (une des quatre communes qui soutiennent le projet : Port-Louis, Locmiquelic, Gâvres et Riantec) et le contenu seront dévoilés au dernier moment.
MAI
Pendant tout le mois de mai, on vous a proposé de partager vos plaisirs avec nous, en s'inspirant des "Journées du plaisir", de Camille Bondon (à voir ICI)
Aujourd'hui, on publie le dernier épisode et les derniers textos. Merci de votre participation !
terrasses
hello
dej
rire
green

On fait un film ?

Il y a deux ans, on avait participé à un atelier de "found footage" avec "J'ai vu un documentaire", et on avait adoré ça : une banque d'images d'archives, une autre de sons, et un logiciel de montage très simple pour assembler le tout et raconter une histoire. A l'époque, on avait fait un petit film pour promouvoir la newsletter, "Le mémo culture" (qui s'est transformé en magazine, celui que vous tenez entre vos mains). L'histoire qu'on y raconte, c'est celle de spectateurs qui découvrent et s'enthousiasment, s'émeuvent et se réjouissent... La vôtre, quoi....

Vous serez accompagnés dans votre fabrication par le réalisateur Julien Scheidle, qui va tout bien vous expliquer, et c'est parti pour VOTRE court-métrage !

> À la Balise, à Kervénanec/Lorient. Samedi 12 ou Dimanche 13 juin (de 10h à 16h). 5€
agenda

L'agenda est en train de se remplir, vous allez pouvoir retourner le consulter en cliquant sur le bouton ci-dessous, et y trouver de quoi reprendre le chemin de la sortie...

ultra
Vous êtes expert en épidémiologie mais vous n'avez pas fait médecine ?
Vous savez tout sur l'Astra Zeneca sans jamais avoir rencontré un pharmacien ?
Vous avez votre mot à dire sur la physique quantique malgré une moyenne de 2,5 en maths ?
Vous ne vous gênez pas pour parler de la fabrication des sushis sans savoir cuire un oeuf ?

Vous faites probablement preuve d'ultracrépidarianisme. Autrement dit, vous avez un avis sur tout, et surtout sur des sujets auxquels vous ne connaissez rien.

Un nouveau mot rigolo, qu'on vient de découvrir, qu'on partage avec vous, et que vous n'aurez pas de mal à replacer à l'apéro (après avoir lu l'article qu'on vous propose en lien, quand même, pour ne pas vous faire traiter d'ultracrépidarianiste...)
CINELOVE
adn
On a vu ADN, de Maïwenn. Un film tout en paradoxes, qui agace autant qu’il émeut, comme dans la vraie vie, où les personnages ne sont jamais d’un bloc, lisses et homogènes. ADN a été étrillé par la critique, qui lui a reproché le narcissisme de sa réalisatrice et les stéréotypes de ses personnages. Nous, on trouve que la vie c'est comme dans les films de Maïwenn, que parfois s'y jouent des scènes ridiculement mélodramatiques et que parfois arrive une émotion pure, de la poésie, de la vérité, du charme. Alors oui, le pathos dégouline avec les larmes de Maïwenn et son eye-liner à la Amy Winehouse, totalement excessif, mais pourquoi pas ? Dans la vraie vie, tout le monde n’est pas sobre, on connait tous des familles où le chagrin se joue sur le mode drama queen, où la tristesse en fait des caisses. Alors oui, le film est bancal, inégal, chaotique, passant du ridicule à la grâce, mais c’est ce qui fait son intérêt, c’est le film d’une femme, et pas celui d’un cinéaste cérébral sorti du sérail, adoubé par les Cahiers du Cinéma.

Dans ADN, oui, les personnages sont parfois si outrés qu’ils en deviennent réalistes. Qui, dans sa famille, ou ses amis, n’a pas une mère, une sœur, un fils, un oncle, dont il.elle ne dit pas :

« il est super chiant »
« elle est complètement barrée »
« mais qu’est-ce qu’elle me saoule »
« elle en fait trop »
« on n’arrive pas à se parler »
« ça finit toujours par des prises de tête »
« on est complètement différentes mais on s’aime »
« je ne le comprends pas et il ne me comprend pas » ?

ADN, c’est une famille - une tribu bariolée et bohème - qui se retrouve un été à Paris (on aime ces films d’été en ville, où l’on sent la chaleur et les feuilles des arbres qui tremblent) autour du patriarche algérien, dont la mort va déverrouiller la parole, les rancoeurs, les peurs, les souvenirs. Le scénario part dans tous les sens, relations avec la mère, le père, les frères et les sœurs, la mort, les origines, et on imagine que Maiwenn a mis beaucoup d’elle-même là-dedans, et c’est ce qui nous plait, comme dans tous ses films, c’est que cette fille balance tout, sa rage, ses émotions, ses colères, ses élans, sa fougue, sans calcul, sans lissage, sans filtre. Alors oui, on comprend que Télérama et Les Inrocks descendent le film en flammes, parce que oui, ce n’est pas construit, c’est foutraque, ce n’est pas une œuvre académique répondant aux canons du cinéma d’auteur, ce n’est pas un chef d’œuvre de réalisation. Exactement les mêmes critiques que pour Mon roi, qui, pourtant, a fait écho à bien des cœurs. Donc, ok, c’est vrai, ça manque de construction, c’est intime, exhibitionniste, ok. Mais si le cinéma est là pour nous montrer la vie des autres pour la comparer à la nôtre et comprendre comment ils font, et bien, nous, on dit merci à Maiwenn, de nous montrer son monde à elle, qui ressemble parfois au nôtre.
LA GARENNE / VANNES. 27 mai 14h10, 16h40, 19h / 28 mai 14h10, 16h40, 19h / 29 mai 14h20, 16h40, 19h / 30 mai 14h20, 16h40, 19h / 31 mai 14h10, 16h40, 19h / 1er juin 13h50, 16h50, 19h

TI HANOK / AURAY. 27 mai 17h10, 19h / 28 mai 17h10, 19h / 29 mai 14h40, 16h35 / 30 mai 11h, 14h50 / 31 mai 17h, 19h / 1er juin 17h, 19h

LE VULCAIN / INZINZAC-LOCHRIST. 27 mai 19h / 28 mai 19h / 30 mai 16h30

CINEVILLE / LORIENT. 27 mai 14h, 16h, 18h30 / 28 mai 14h, 16h, 18h30 / 29 mai 14h, 16h, 18h30 / 30 mai 11h15, 16h, 18h30 / 31 mai 14h, 16h, 18h30 / 1er juin à 14h, 16h, 18h30

CGR / LANESTER. 27 mai 13h, 17h / 28 mai 13h, 17h / 29 mai 13h / 30 mai 13h15 / 31 mai 13h, 17h / 1er juin 13h, 17h
dana
Dans l’attente de sa réouverture, le Théâtre de Lorient propose pour la première fois la diffusion télévisée de la captation intégrale d’un spectacle. Le Misanthrope, de Molière, monté par Rodolphe Dana, a été créé en 2018. La captation sera diffusée le samedi 29 mai à 20h50 sur la chaîne locale TébéSud, et sera également accessible en ligne.

En 2018, nous avions écrit ceci sur le spectacle : "Le Misanthrope, on vous en dit tout le bien qu’on a pensé, de cette adaptation du grand classique de Molière par Dana et sa tribu. Les Possédés, aujourd’hui renommés Collectif du Théâtre de Lorient – oui, ce nom est triste comme un dimanche pluvieux de janvier en ex RDA – Les Possédés, donc, possèdent une arme fatale, la potacherie, l’irrespect, le grand coup de pompe dans ce qui se fait au théâtre, la marrade adolescente. (...)
ON SAUTE DANS LA twingo
... et on part à Brest, qu'on aime beaucoup, vous le savez, pour voir ou revoir une exposition qui nous avait bien enthousiasmées, lorsqu'on l'avait vue à Vannes (lire ci-dessous notre article paru en 2018), "Anima (ex) Musica", un bestiaire musical et inventif signé du collectif "Tout reste à faire", cette fois présentée aux Capucins, c'est chouette et c'est à partir du 1er juin.
anima
kofi

Kofi Yamgnane en dédicace à Penn da Benn

On l'a entendu parler dans le poste et on avait noté la douceur de sa parole... Voici ce qu'en dit Penn da Benn " Né au Togo, Kofi Yamgnane fait ses études en Bretagne. A Saint-Coulitz, il devient l'un des premiers maires noirs de France. Il mène une carrière politique jusqu'au gouvernement de François Mitterand, où il sera chargé de l'intégration. Sur le mode d'un conte traditionnel, il partage ses réflexions sur bien commun, engagement politique, sa rencontre avec Nelson Mandela, son amour pour la Bretagne, ses habitants, sa culture."
"C'est l'intolérable ignorance qui est la mère de tous les obstacles qui se dressent devant notre désir du bien-vivre ensemble".
>Librairie Penn da Benn, Place Saint-Michel, Quimperlé, vendredi 28 mai 10h00-13h00.
péniche

Concert sur l'eau

On n'a jamais testé, mais on vu passer ceci, et ça faisait tout frais tout printanier comme proposition, un tour de chant à bord de la péniche Korriganez, sur le Blavet, au départ de la maison éclusière des Gorêts, avec la chanteuse "Solex", accompagnée par Xavier Dival au piano.
> C'est le samedi 29 mai de 14h30 à 17h30. Renseignements au 06 50 56 30 36

Le programme de Fracas, à Lorient


Samedi 29 mai, de 15h à ...
Les éditions des Lisières fêtent leurs 5 ans et viennent présenter leur catalogue. Un après-midi hybride, qui mêle artisanat, découvertes et lectures : l'artiste franco-mexicaine Citlali Mixcoac fera une lecture de son livre "Un baiser au ciel/Mi Beso" sorti il y a deux ans, et elle animera dans la partie atelier un workshop linogravure (complet)

A partir du vendredi 04 juin pour trois semaines
Un des murs de la boutique sera dédié à une exposition de photographies réalisées par Raphaël Depret. L'occasion de célébrer la sortie de son livre "Totographie" chez Syndikat Editions.
tourments
Retrouvez l'article que nous avions consacré à Sylvain Le Corre cet hiver sur notre site
comedie
Le Centre Dramatique National Poitiers Nouvelle-Aquitaine Recrute son ou sa Chargé(e) de la communication en CDI.