Laurent Derobert. Les racines rêvées de la Tour Eiffel. Inclassable

Les plus beaux projets sont parfois ceux qui ne servent à rien, et à tout à la fois, car ils subliment notre condition d’êtres humains, rejetant le concret et l’utile, allant au bout du geste fou et magnifique. Un acte rare dans notre siècle terre à terre, où Phileas Fogg serait filmé pour le Téléthon, les héros de Jack London sponsorisés par Patagonia, où le Capitaine Achab justifierait ses risques par la recherche sur le cancer…

Laurent Derobert ne se revendique de rien, lui, à part du rêve. Chercheur au CNRS, il est peu à peu devenu le spécialiste de ce qu’il appelle « Les mathématiques existentielles », mêlant le calcul à la fantaisie pour créer des équations aussi sérieuses que poétiques, définir des choses à la fois inutiles et fondamentales, comme « La force d’attraction de l’être rêvé » ou « L’asymptote des mondes ». Un soir qu’il avait bu quelques verres de blanc au sommet de la tour Montparnasse, l’homme a la vision des pieds de la Tour Eiffel se prolongeant jusqu’à traverser l’écorce terrestre, et ressortir de l’autre côté du globe. Après des x et des y, des facteurs, des arbres, des tangentes, des racines, de la craie et des cheveux en bataille, Derobert découvre que — saperlipopette — les quatre pieds tombent dans l’eau, et même : « dans des eaux anthropologiquement riches », des sites « décisifs sur les origines des cultures humaines ». Île Bouvet, Java, Hawaï, île de Pâques : dans le désordre, Pacifique Nord, Atlantique Sud, Pacifique Sud, Océan Indien. Le musée du Quai Branly tend l’oreille, le Palais de Tokyo soupire « Ça ferait un très beau tour du monde à la voile » et la Tour Eiffel s’emballe, ajoutant illico dans ses ascenseurs un bouton « -1 ». A ce stade, le projet est déjà aussi « julesvernien » que Derobert le dit, les pilotes expliquent aux visiteurs qu’il faudrait 23 jours pour traverser la terre en ascenseur, un globe géant est exposé au premier étage, avec des démonstrations de calcul : tout le monde a basculé dans le rêve… Mais c’est par un prolongement très concret que le projet va finalement trouver sa poétique, par la rencontre du mathématicien et des navigateurs.
«En répondant sérieusement à une proposition folle, ils lui ont donné une dimension extravagante. Ce sont eux qui ont cristallisé la poésie»

Eugène Riguidel, Titouan Lamazou, Yvon Fauconnier et Florence Arthaud acceptent de partir à la voile relier les quatre racines. La suite du projet va s’inventer en Bretagne, à Locmiquélic, avec les Ateliers de la Cale, qui vont ouvrir leurs portes à Derobert pour mettre en place ce projet qu’il va nous falloir rêver sur plan, car pas encore vraiment calibré pour les medias... « En Bretagne, avec Gaele Flao et Pierre-Marie Bernard, on va constituer les équipes qui se relaieront pour faire le tour du monde. Des marins et des artistes ». De la même trempe que Derobert, Marie-Luce Nadal, « spécialiste des nuages et du vent, qui capture les nuages », Lei Saito qui fait « de la cuisine existentielle, et raconte des histoires dans l’assiette » et Estelle Delesalle, l’âme sœur et co-organisatrice, qui travaille sur « le parfum des embruns, la couleur des océans, la phosphorescence des plantes » ou encore sur le parfum d’un livre brûlé… « Chacune partage ce principe du maximum de poésie pour un minimum de matière ». Derobert, lui, se nourrit de termes de marine « avec la dérive ou le coefficient, on parle de notre existence » dans cette « odyssée où tout fera œuvre » et parle de plongées initiatiques sur les points des racines à la fois intimes et exploratoires, scientifiques et symboliques…

Tout ça nous fait fortement penser à...


Des livres...
20000 lieux sous les mers
Le tour du monde en 80 jours (Jules Verne) pour le côté retro futuriste avant l’heure et pour le voyage fou.
Moby Dick (Herman Melville) pour le personnage du Capitaine Achab.
Vendredi ou les limbes du Pacifique (Michel Tournier) pour la puissance poétique de cette réinterprétation de Robinson Crusoé.

Des BD...
Little Nemo in Slumberland (Winsor McCay) ce petit personnage qui rêve chaque nuit d’univers parallèles et se réveille entortillé dans ses draps.
Philémon, le Naufragé du A (Fred) un jeune garçon se retrouve sur une île qui est en fait le A de l’Océan Atlantique.
Nogegon (Luc & François Schuiten) lisez le, vous comprendrez.

ECOUTER Laurent Derobert : www.franceculture.fr/emissions/creation-air/racines-revees-de-la-tour-eiffel

ISABELLE NIVET

Tu me donnes trop envie

Cette phrase, on l'entend chaque week-end quand on rencontre nos lecteurs...Parce que dans le Mémo Culture qu'ils reçoivent tous les jeudis au petit-déjeuner, on leur transmet notre désir. Notre désir de vibrer, de rire, de soupirer, de rêver, de s'émouvoir et de sortir.

Envie d’avoir envie ?

 

x