Les Amantes. KF Association. Théâtre

On a craqué pour des comédiennes. Ah oui. De vraies bonnes comédiennes, qui se sont emparées d’un des textes de Elfriede Jelinek, Prix Nobel de littérature, un texte féroce qui raconte les destins de deux femmes, Paula et Brigitte, dans une région montagneuse reculée, et dont la seule perspective d’avenir est de se marier. Dans le texte, pas de gants pris – c’est plutôt trash – mais un ton léger pour raconter la monstruosité de ces destins, entre Zola et Kervern/Delépine.

Pour Camille Kerdellant :  « C’est un texte cru, avec de la trivialité, et de l’humour, dont on s’est servies, comme une arme de survie. On est parties du ton de départ (lire plus loin) : ça nous plaisait de porter en scène ces corps de jeunes femmes, leur énergie vitale, leur force pour résister. On avait le désir d’être avec elles sans moquerie, sans les enfoncer, en les accompagnant. Ne pas être plus intelligentes qu’elles. Nos deux personnages sont sortis très vite, toute l’équipe a injecté du lumineux : on a travaillé à être traversées par les choses, à les vivre, à lutter contre ».

Le résultat ce sont des voix mutines, mélodieuses, presque naïves, qui racontent une histoire assez horrible, avec une grande musicalité. Horrible, pas pour les évènements racontés, mais horrible parce que Elfriede Jelinek sait faire un tableau très noir de ce que certains destins de femmes peuvent devenir, et représenter leur aliénation à l’homme, à la société. C’est le contraste avec les voix des comédiennes qui rend le propos encore plus flippant... « L’écriture de Elfriede Jelinek est très musicale, avec une rythmique très présente »

ISABELLE NIVET
Mars 2018

Tu me donnes trop envie

Cette phrase, on l'entend chaque week-end quand on rencontre nos lecteurs...Parce que dans le Mémo Culture qu'ils reçoivent tous les jeudis au petit-déjeuner, on leur transmet notre désir. Notre désir de vibrer, de rire, de soupirer, de rêver, de s'émouvoir et de sortir.

Envie d’avoir envie ?

 

x