© ©Guy Ropartz
Infos organisateurs
Inès Cassigneul
Théâtre

La carte d'Elaine

Inès Cassigneul réinvente une légende arthurienne, celle d’Elaine d’Astolat, morte d’amour pour Lancelot du Lac et dont l’infortune a inspiré poètes et peintres du XIXème siècle. « Je voulais faire sortir Elaine du tableau et broder la possibilité d’une métamorphose. Elaine n’est pas morte. Héroïne d’une odyssée allégorique et initiatique, elle poursuit à travers des souterrains infernaux une conquête amoureuse désespérée. » Pour cela, elle mêle les formes, les styles, les voix et les musiques : le fantôme d’Elaine se révèle à Elisabeth Brown, poétesse anglaise de la fin du XIXème  siècle, le poème sera découvert et traduit au XXème siècle. La Carte d’Elaine relève d’un croisement des regards, d’un jeu de superpositions, de transparences et d’opacités dont Elaine d’Astolat serait l’ostinato et l’éducation sentimentale le motif. C’est également une aventure collective de créations textiles, La Carte d’Elaine réunit des brodeuses et brodeurs amateurs ou professionnels qui ont réalisé une grande tapisserie : c’est ainsi que l’on pourra voir sur la carte d’Elaine, partie à la recherche du chevalier dont elle est éprise, les fils entrelacés de la forêt de Longue Attente, du fleuve de l’Absence et du lac de Mélancolie.


Inès Cassigneul est issue de la promotion 2013 de l’École supérieure du Théâtre de Bordeaux. À sa sortie, elle fonde le Groupe Apache avec cinq élèves de sa promotion et participe à la création d’une adaptation de 20 000 lieues sous les mers de Jules Verne. En 2004, elle est assistante sur la création de Platonov d’Anton Tchekhov mis en scène par Rodolphe Dana qu’elle rejoint de nouveau en 2016 pour Price de Steve Tesich où elle interprète le rôle de Rachel. En 2017, elle crée, avec Paul Dupouy, la compagnie Sentimentale Foule et le projet cartographique Éducation sentimentale. En 2019, elle joue dans La Furie des Nantis d’Edward Bond avec la compagnie Fièvre.

x