• x
  • Tous les genres
    Cirque
    Concert
    Conférence
    Danse
    Divers
    Exposition
    Loisirs, animations
    Projection
    Salon
    Stage et atelier
    Théâtre
    Visite
     
  • Tous les lieux
    Auray Quiberon Terre Atlantique
    Belle Ile en Mer
    Blavet Bellevue Océan
    Brocéliande
    Cap Sizun - Pointe du Raz
    Centre Morbihan
    Concarneau Cornouaille Agglomération
    Golfe du Morbihan - Vannes Agglomération
    Haut Pays Bigouden
    Haute Cornouaille
    Lorient Agglomération
    Oust à Brocéliande
    Pays Bigouden Sud
    Pays de Landerneau-Daoulas
    Pays de Landivisiau
    Pays de Locminé
    Pays de Pontivy
    Pays de Questembert
    Pays Fouesnantais
    Quimper Bretagne Occidentale
    Quimperlé Communauté
    Roi Morvan
     
  • Changer la période
    Aujourd'hui
    Demain
    Ce week-end
    Choisir une période
    ok
     
  • Rechercher
  •  
Recherche

Une femme en contre-jour. Gaëlle Josse. Bouquin

UNE CHRONIQUE DE MORGANE THOMAS

DU PIRE AU MEILLEUR / FROM MAIER TO PEER

SI C’EST D’UNE FEMME EN CONTRE-JOUR DONT IL S’AGIT, IL VOUS FAUDRA MOINS D’UNE NUIT POUR TRAVERSER L’HISTOIRE D’UNE ÉTOILE QUI A FILÉ. J’OSE VOUS METTRE EN GARDE CONTRE LA PLUME DE JOSSE QUI VIENT, PAR LE PRISME DU PORTRAIT QU’ELLE RETRACE, VOUS PERCER AU CŒUR PAR SA BEAUTÉ ET SON HUMANITÉ.

Vivian M., 83 ans, s’en va au son d’une sirène hurlante, dans les rues de Rogers Park, Chicago, un 1 er février de l’année 2008. Sa vie a commencé à chuter au pied d’un lac, laissant au creux de l’hiver des bouts d’elle. Feue Vivian Maier s’éteindra sans crépitement le 26 avril 2009. À seulement quelques jours de là, un
jeune agent immobilier avait acquis, pour quelques poignées, des milliers de planches contacts à exploiter. Il cherchait en vain l’identité de ces cartons délaissés. Maloof a du nez, il a flairé le coup ! Bientôt, se dit-il, les liasses vont couler par milliers. Il veut vivre de Vivian, s’en faire une double peau. Il s’immerge dans le passé d’une femme et se laisse infuser par le vide qu’elle ne peut à présent exprimer. Tantôt il la rhabille de ses vêtements trouvés, tantôt il
la met à nu, exposant ses clichés. Elle qui laissait traîner son œil aiguisé sur les misères d’une société, les attrapant dans l’objectif et laissant à la chambre noire les reflets de son âme obscure. Elle mitraille, en pleine guerre froide, elle ouvre le feu sur le cauchemar américain, les regards embrasés d’un peuple occis par une médiocre vie. La focale est ajustée sur la pauvreté : un sens inné qui souligne bien que le rien est acquis. Elle pose sur ses auto-portraits, pas comme les
« sell-filles » d’aujourd’hui. Elle, n’est pas à vendre, elle ne dévoile rien sous ses vêtements informes dissimulant les siennes, elle, elle se trace et s’efface. A la fin de son récit, on la sent s’abandonner au délitement, rejoignant ainsi, ceux à qui elle s’était toute sa vie adonnée.

LE CRUSH DE MORGANE
En toute subjectivité, il s’agit peut être de la meilleure auteure française, elle part de la poésie avant de se frotter aux romans, il s’agit ici bien plus qu’une biographie.

x