• et un clic là

Rien que de l’eau



C’est peut-être une goutte dans la mer, mais c’est des petits ruisseaux que l’on fait les grandes rivières.
On a pris tellement l’habitude de tourner le robinet pour qu’elle coule qu’on en a oublié sa préciosité : l’eau est un joyau qui se fait oublier. 


On nous en parle peu, finalement, des problèmes avec l’eau. Il est vrai qu’un certain virus est devenu le souci numéro 1 des humains (et des médias) depuis 2020. Ensuite, il y a notre fameux réchauffement climatique et les émissions de CO2. Mais l’eau n’est pas vraiment un sujet, et quand il est abordé, c’est souvent sous l’angle de la bouteille plastique, le contenant étant devenu plus important que le contenu. Ok, on a tous (et surtout toutes) ou presque notre gourde et on a dit depuis longtemps adieu aux packs d’eau qui remplissaient le coffre de la bagnole quand on revenait des courses. De ce côté-là, on commence à être bons. Par contre, faudrait pas qu’on en oublie de ré-interroger notre rapport au précieux liquide.


Quelques chiffres
Si on retourne deux siècles en arrière, une personne utilisait environ 15 à 20 litres d’eau chaque jour. Evidemment cette eau n’était pas encore courante, et c’est vraiment autour de la Seconde Guerre mondiale que les réseaux d’eau se sont généralisés partout en France. Il est sûr que quand on devait aller à la source, au puits, à la rivière… pour chercher de l’eau, on y faisait un peu plus attention. On ne va pas se plaindre de gagner en confort, quoique, parfois on se demande si la profusion ne nous rend pas un peu aveugles. Il est tellement simple de boire quand on a soif, de laver du linge et de la vaisselle, de prendre une douche, de remplir une piscine et de tirer la chasse d’eau qu’on en oublie que sans eau, notre espérance de vie est de 5 à 7 jours (contre 30 pour la nourriture). Aujourd’hui, on estime que la consommation moyenne d’un Français en eau est de 148 litres par jour. Le souci, c’est que les ressources sont limitées. 


Notre planète est en effet bleue, très bleue, pour autant le pourcentage d’eau douce disponible est très faible. Elle ne représente en effet que 2,5% de l’eau présente sur terre, le reste, un peu plus de 97% étant de l’eau salée. Sur ces 2,5%, plus des deux tiers sont gelés, neige ou glace. Un peu moins du dernier tiers est dans les nappes phréatiques. Encore un peu dans le permafrost et l’atmosphère. Pour finir, moins de 1% de l’eau douce de la planète est immédiatement disponible. Nous sommes donc un certain nombre d’habitants, humains et animaux, à dépendre d’une ressource plutôt très faible. Et là, pointe le stress hydrique, comme si on avait besoin de lui. Le stress hydrique, c’est ce moment où la demande en eau, liée à nos usages, dépasse les ressources disponibles. Il ne faudrait pas croire que seuls le Sahel et sa terre craquelée soient concernés, ni les petits Africains qui boivent l’eau d’un fleuve moribond, attrapant par la même occasion le choléra. Le mot « sécheresse », on l’entend souvent, notamment le matin, quand on écoute les infos en laissant couler l’eau pendant qu’on se lave les dents. Plus que jamais, nous sommes tous concernés. Selon les Nations Unies, environ 3 milliards de personnes vont avoir à faire au stress hydrique d’ici 2025. Je ne voudrais pas vous stresser, mais en France, on n’est pas au top du top (carte à cliquer pour ceux qui n’ont pas trop de peur ).




Le plus gros rond fait 1400 km de diamètre et représente toute l'eau de la terre. Le moyen rond (272,8 km de diamètre) représente le volume total d’eau douce sur la terre.
Et le point minuscule (56,2 km de diamètre) l’eau douce disponible pour la consommation.
© Howard Perlman, USGS, Jack Cook, Woods Hole Oceanographic Institution, Adam Nieman


 

On fait quoi ?
Alors, on fait comme d’habitude, on cherche des solutions. Avant de se dire « foutu pour foutu », on tente des trucs. Oui, nous sommes un peu foutus, mais ça vaut le coup d’essayer, parce que nous sommes quand même suffisamment nombreux pour qu’un petit geste multiplié par le nombre que nous sommes puisse avoir un impact. A la fois goutte d’eau dans la mer, et le petit ruisseau des grandes rivières ce petit geste. Sur les environs 150 litres que nous utilisons chaque jour, 93% sont utilisés pour l’hygiène et le nettoyage et 7% pour notre alimentation (eau de boisson, eau de cuisson). 39% sont dédiés aux bains et aux douches, et 20% aux chasses d’eau (on en parle de l’aberration de faire caca dans de l’eau potable en période de pénurie d’eau ?). 


Il y a donc des solutions très simples : des douches - courtes - plutôt que des bains (et on coupe l’eau pendant la phase savonnage). Une bouteille pleine (d’eau !) dans le réservoir d’eau des toilettes et c’est ça en moins d’utilisé à chaque tirage de chasse d’eau. Un électroménager moins gourmand en eau, et bonne nouvelle, le lave-vaisselle est plus économe que la vaisselle. Ce sont des petits gestes, que l’on peut rapidement mesurer, d’une facture à l’autre. 


Et puis il est des gestes moins mesurables et pourtant qui ont un sacré impact. On estime à 15000 litres d’eau nécessaires pour produire un kilo de viande de boeuf. Donc si on évite un steak haché de 100 g par semaine, on économise 1500 litres d’eau (et le boeuf vous remercie au passage). Un jean neuf, c’est 7000 à 10000 litres d’eau. Ces chiffres, nous les avons moins en tête, pourtant à l’échelle de l’humanité c’est énorme. Bref calcul, j’ai arrêté de manger de la viande depuis 2 ans (pas pour des questions d’économie d’eau, mais soit, c’est bon à prendre). J’en mangeais peu, disons trois fois par semaine. Peu de viande rouge, plutôt de la volaille à 4000 litres d’eau le kilo. Soit 1200 litres pour mes trois escalopes de 100 grammes par semaine. Rapporté à l’année, 62400 litres d’eau. Sachant que ma consommation d’eau annuelle, à raison de 148 litres par 365 jours, est de 54020 litres d’eau. En arrêtant de manger 300 g de poulet par semaine, j’ai couvert ma consommation annuelle d’eau ? A l’échelle d’une famille, d’un immeuble, d’une ville, d’une région, d’un pays, cela semble vertigineux. Une vraie sensation de pouvoir qui fait du bien, enfin.




Géraldine Berry. Mai 2021




IG @geraldineberry_lorient
Imparfaite, incomplète mais engagée, j’essaye de participer au jour le jour à une société plus verte, persuadée qu’une goutte d’eau dans la mer, c’est déjà ça.



Le mot de la rédaction
Parmi nos copines, et bien oui, il y en a qui récupèrent l'eau qu'il faut laisser couler dans la douche le temps qu'elle chauffe. Nous, on garde l'eau de l'essoreuse à salade pour arroser les plantes... Notre copine Véro, elle, a acheté un récupérateur d'eau de pluie, mais on a aussi des potes qui ont détourné des cuves sur lesquelles ils ont adapté une pompe pour arroser leur jardin (au petit matin, pour qu'elle ne s'évapore pas trop vite). On peut aussi utiliser l'eau de pluie pour alimenter une chasse d'eau ou un lave-linge. Et oublier le tuyau d'arrosage pour laver sa voiture et privilégier la station de lavage. Et bien sûr, équiper ses robinets de mousseurs. On trouve tout un tas de bouquins et de site sur le sujet, on vous laisse trouver ça comme des grands !

Parce que la coopérative Biocoop Les 7 épis est une entreprise engagée et militante, elle finance cette chronique et nous permet d’offrir une rubrique orientée solutions, dans l’objectif de donner des clefs pour agir… 


 

x